Conseils de Jeux — 23 octobre 2008
Tags : , , ,

Une manière de jouer intéressante consiste à regarder les cotes des chevaux. Elles indiquent les paris en faveur de tel ou tel cheval, et les proportions d’enjeux. Le cheval qui a la cote la plus basse est le favori de la course. Un cheval qui a une cote de 2/1 a en fait la moitié des enjeux portés sur lui. Précision : ces cotes correspondent aux paris émis sur le cheval qui doit gagner la course, les paris placés n’interviennent donc pas dans cette donnée.
Moi, j’aime bien regarder ces cotes à plusieurs moments de la journée : le matin au plus tard à 10 heures, une heure avant la course, et dans les minutes qui précèdent la course. La cote dite « du matin » donne l’indication, dit-on, des paris déposés par l’entourage des chevaux. Les propriétaires, entraîneurs ou autres initiés ont ainsi la réputation de jouer très tôt. La cote « journée » est lissée avec les enjeux de tous les parieurs. Les cotes juste avant la course donnent une dernière indication, que l’on appelle les « chutes de cote », c’est-à-dire les masses d’enjeux volumineux posées d’un coup sur un concurrent. Pourquoi au dernier moment ? Pour « masquer » le fait qu’il ait une chance. Aujourd’hui, bien sûr, avec les techniques modernes et les jeux en ligne, c’est beaucoup moins vrai ; instantanément, ou presque, il est possible de suivre ces « baisses de cotes » et donc de voir le cheval « masqué » qui a finalement une chance de gagner. Alors il faut en profiter !
Donc voici, à titre d’exemple, comment je joue quand je ne tiens compte que des cotes : je regarde s’il y a un ou deux chevaux fortement appuyés le matin (cotes très faibles avant 10 heures), et je leur associe les deux ou trois plus grosses baisses de cotes du dernier moment… Avec ces quatre ou cinq chevaux, en principe, on ne doit pas être loin des trios et couplés… Essayez, vous verrez !

Publié par Tarzan

5 Commentaires

  1. Je vous signale qu’un cheval à 2/1 n’a pas la moitié des enjeux sur lui. Vous confondez cote et rapport probable. Un cheval à 2/1 rapporte 3 gagnant, un cheval à égalité rapporte 2 gagnant (compte non tenu des prélèvements bien sûr).

  2. Effectivement, on en a déjà parlé dans les commentaires d’un autre sujet : la cote « affichée » correspond aux rapports, alors qu’à la cote réelle, effectivement, il faut ajouter un. Mais ce blog ayant pour objet d’expliquer les paris en ligne, on ne parle ici que des cotes affichées sur les sites (pmu, Zeturf), visibles facilement par toutes et tous, alors que les cotes réelles, visibles sur l’hippodrome, sont appréciées déjà de spécialistes du turf..

  3. ==> lire les commentaires de l’article « paris mutuels et bookmakers »

  4. est-ce que tu sais-tu à quoi correspondent les deux chiffres qui figurent dans la côte au jeu simple placé , ce ne sont visiblement pas les côtes du matin et d’avant la course comme pour le jeu gagnant parce que si c’était ça, elles monteraient toutes ce qui est impossible ……

  5. Je ne suis pas sûr de comprendre la question kayu.

    Sur Zeturf, dans la rubrique « cotes », les cotes (rapports gagnant) des chevaux sont disponibles, celles du matin et celles datant de cinq minutes avant la connexion (il y a toujours un petit décalage). Mais Zeturf indique aussi une fourchette à l’intérieur de laquelle se situera le prix du simple placé. Ce n’est qu’une fourchette, car le prix sera d’autant plus élevé que les autres chevaux placés seront à grosse cote. Donc la fourchette basse correspond au simple placé accompagné des deux favoris, la fourchette haute au simple placé accompagné des deux plus grosses cotes.

    Ai-je répondu ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>