Portraits et Interviews — 19 avril 2012
Proprio_coach

Chaque course hippique a une dotation. Les gains sont calculés et additionnés pour chaque cheval, mais que gagne précisément les propriétaires, les entraîneurs et les jockeys de galop ou les drivers de trot ? Je vous dis tout.

En tant que turfiste, vous pouvez parfois être surpris de voir l’entourage d’un cheval montrer une certaine satisfaction à l’arrivée d’une course alors que la place obtenue ne rapporte rien en termes de paris. Oui mais voilà, pour le propriétaire (et donc l’entraîneur et le driver ou jockey), une place même au-delà du ZeCouillon peut être rentable… Mieux vaut le savoir, car cela peut expliquer des fins de courses où l’on remarque un concurrent qui « assure » une place a priori quelconque.

Déjà, première info, les gains ne sont pas répartis de la même façon pour une course de trot que pour une course de galop.

Commençons par le trot. Là, les 7 premiers de la course touchent une allocation. Le 1er reçoit 50 % de la dotation, le 2e 25 %, le 3e 13 %, le 4e 6 %, le 5e 3 %, le 6e 2 %, et enfin le 7e 1 %. Les gains des chevaux sont calculés ainsi. Sur ces sommes, il est prévu que 15 % aillent à l’entraîneur et 5 % au driver (ou cavalier dans le cas du trot monté). Les frais de déplacement ne sont pas indemnisés, ils sont donc à la charge du propriétaire.

En résumé, le propriétaire paye la pension et autres frais (vétérinaire si besoin, etc.) auprès de l’entraîneur, il paye les frais de déplacement, les engagements en course, mais récupère 80 % des gains du trotteur. L’entraîneur est indemnisé de tous ses frais par le propriétaire (peut-être se fait-il une marge dessus, mais ce n’est pas prévu et elle n’est pas bien grande de toutes façons), et assure son salaire avec 15 % des gains des chevaux.

Les sept premiers au trot, les cinq premiers au galop

Passons au galop. Là, ça se complique, car il existe deux niveaux de rémunération en courses. Dans le cas des courses « événement » (celles qui accueillent le quinté + du Pmu, ou le Ze5 sur ZEturf), les sept premiers touchent une allocation (je suppose qu’il s’agit alors de la même répartition que pour le trot, mais je n’ai pas pu le vérifier). En revanche, pour toutes les autres courses de galop, ce sont les cinq premiers qui se partagent la dotation de la manière suivante : 50 % pour le 1er, 20 % pour le 2e, 15 % pour le 3e, 10 % pour le 4e, et enfin 5 % pour le 5e. Il existe une particularité pour le galop, les propriétaires sont indemnisés des frais de déplacement de leurs chevaux (selon un barème très compliqué, que vous comprendrez sûrement si vous êtes diplômé de l’administration fiscale, je vous mets le lien précis en fin d’article si vous y tenez vraiment).

Je précise aussi le tarif des supplémentations de galop : il est de 6 % de la dotation totale (en d’autres termes, si le cheval supplémenté termine 5e, il a coûté 1 % de la dotation, donc il doit faire mieux pour être rentable). D’où l’intérêt de surveiller de près ces supplémentés, qui ont donc de fortes chances de terminer dans les trois premiers.

En quoi ces renseignements peuvent-ils intéresser les parieurs ? Tout simplement, essayez de vous mettre dans la peau du driver ou jockey qui représente une petite écurie, qui doit à tout prix se rentabiliser : il n’ira pas à fond au risque de tout perdre si le cheval se dérobe et préférera assurer une place, éventuellement au-delà de celles payées par exemple en jeu simple placé. Le 5e d’une course ne rentre pas bredouille, mais ses preneurs ont perdu. Un élément dont il faut avoir conscience

Et puis qui sait, si un jour vous voulez devenir propriétaire, vous pouvez commencer à faire vos calculs…

En savoir plus : http://www.france-galop.com/uploads/tx_smiledocutheque/CG_09_10.pdf (comment les propriétaires sont remboursés sur les déplacements des galopeurs) ; http://www.zegagnant.com/pascal-proprietaire-de-quick-nevele et http://www.zegagnant.com/proprietaire-eleveur-entraineur-comment-ca-marche (deux précédents articles de ZeGagnant sur le sujet, à travers le témoignage d’un propriétaire de trot) ; http://www.zegagnant.com/entraineur-de-chevaux-de-course-ca-ne-s%E2%80%99improvise-pas (interview d’un entraîneur de galop sur ZeGagnant).

Publié par Tarzan

4 Commentaires

  1. Bonjour,

    Article très instructif. C’est dommage il n’y a eu aucun commentaire depuis un an c’est à croire que les turfistes ne lisent pas beaucoup sur ce qui entoure les courses. Ou alors ils ont lu et sont passés.

    Moi je crois qu’il faut encourager l’auteur en lui laissant un mot gentil quand c’est bien fait. D’autres fois commenter pour lui donner envie de continuer si ce n’est susciter des idées d’articles.

    Bon courage en tout cas, j’espère trouver d’autres articles aussi instructifs.

    Andy

  2. je voulais savoir si tu viens d’être propriétaire comment faire pour les débuts de ton cheval à Vincennes ou ailleurs, doit-il se qualifier au préalable ?

    • La responsabilité des engagements du cheval revient à l’entraîneur, il faut se fier à lui.

  3. Bonjour Tarzan.

    Je découvre votre blog, et notamment cet article, que je trouve intéressants.
    Concernant la rémunération des professionnels, je pense qu’ils ne doivent pas se priver de jouer leurs chevaux quand ceux-ci ont une chance réelle. Je tiens cette information d’un de mes amis turfistes.
    Pouvez-vous me le confirmer?
    Cordialement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>